Articles

Anciens numéros > Archives revue LS (en chantier)

Présentation de notre nouveau format de revue

Nous sommes heureux de vous présenter notre nouvelle mise en forme de la revue. Son nouveau format s'adapte plus que jamais aux évolutions des modes de lecture.

Dans ce flot sans cesse plus abondant d'informations, nous nous adaptons encore et toujours. Désormais, vous trouverez un article directement dans la page concernée. Tandis que les archives seront toujours disponibles dans notre librairie en ligne. La page vidéo sera alimentée principalement par une suggestion que nous vous ferons. La page dossier sera fournie en documents plus complets pour les lecteurs-chercheurs. Pour communiquer avec nous la page réseau est toujours à votre disposition. Et pour plus de réactivité, vous pouvez nous suivre désormais chez tous les principaux fournisseurs de réseaux sociaux en ligne (cherchez : @lespwisavann).

Le rythme de parution de notre revue est volontairement irrégulier :  ajoutez simplement le site à vos favoris pour vous y abonner.

Traditionnisme & traditionnalité

Entre culte du malentendu et mésententes à propos de « LA » Culture ?

À l'instar des gens du cirque qui se targuent très souvent d'une culture traditionaliste dans les pratiques autant que dans leur diffusion et leur transmission, la problématique de l'authenticité des choses via leur degré de durabilité se pose à de nombreux porteurs d'arts, autant qu'à une grande partie de l'humanité de manière générale. Et ce de façon de plus en plus pressante, à mesure que la « nouvelle » société globalisée s'installe.

 

De par le monde aujourd'hui les écrans remplacent de manière durable les flammes des bougies, des lampes ou des feux de camps. Le flot continue et quasi-ininterrompu d'informations de toutes sortes qui en sort installe sa logique dans les imaginaires et contribue, en première place selon moi, à l'assise de cet empire mondial longtemps rêvé par beaucoup, en passe de se réaliser.

 

« Il faut tout changer pour que rien ne change. »

 

C'est une phrase qu'énonce une femme décrite comme descendante de famille noble d'un pays européen à la fin d'un documentaire sur la gestion du patrimoine immobilier d'une noblesse déchue (en apparence) de ses privilèges des siècles précédents. Elle dit cela en parlant d'un édifice qui est passé du statut de vestige d'une grandiose résidence à un lieu de visites et réceptions touristiques (toujours au bénéfice des mêmes descendants des premiers propriétaires). Elle illustre la manière dont ils ont procédé aux mutations structurelles qui s'imposaient à eux face à la transformation des rapports sociaux du pays où ils se trouvent et où se déroule le film, ce afin de préserver ce qu'ils ont considéré comme le plus important à travers les générations : un immeuble et sa valeur symbolique.

 

J'ai observé cela comme un exemple du phénomène qui traverse l'univers des musiques aux tambours dans la Caraïbe et en particulier dans l'archipel de Guadeloupe : l'encensement des matériels (chants, danses, instruments, objets divers...) au détriment du sens profond. C'est-à-dire que l'objet (immeuble, tambour, le lieu d'exécution de la pratique...) qui était au service d'un besoin de culte (de son statut social ou de présumées divinités ou autres) devient le centre d'activité principale et se transforme même dans un nouveau culte, celui du souvenir d'une gloire socio-culturelle supposée ou carrément de la qualité individuelle des participants.

 

Les nombreux défenseurs de « traditions » finissent par sombrer dans le désir de reconnaissance à travers les médias qui sont à l'origine même de la perdition de leur pratique.

 

Le rôle et le sens de la médiatisation dans la transmission ne devraient-ils pas être aussi importants que les autres objets de nos pratiques ?

 

La manière de transmettre et les lieux de transmission n'ont-ils qu'un rôle accessoire dans la tradition ? N'y-a-t-il pas de tradition dans les méthodes de transmission ? Ou est-ce réservé à certains savoirs ?

 

Aussi en boutade, avec le titre de cet article, la véritable question que je pose est de savoir si la mise en scène (au sens propre) des traditions n'est-elle pas à reconsidérer ?

 

Peut-être qu'en nous questionnant aussi et avant tout sur ce qu'est véritablement la culture, au-delà des habituelles définitions administratives et légales, nous aurons des prémices de réponses à toutes ces questions...

 

Luk GAMA (juillet 2018)

Acheter nos ouvrages et nous soutenir.
Accéder au blog du fondateur en 1 clic.
Moreaz.com: for Caribbean islands trips
Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
Revue Online - Accès libre et gratuit - ISSN 1634 - 0507 / © Lespwisavann